Information Communication

LE SERVICE MILITAIRE VOLONTAIRE un tremplin pour l’avenir

Chaque année, de nombreux jeunes sortent du système éducatif sans diplôme ni qualification. En dépit de l’existence d’une large palette de dispositifs de rattrapage et d’insertion, un trop grand nombre de jeunes reste encore en situation d’échec et Lire ...

Compteur LINKY la suite

Contenu de la page : Compteur LINKY la suite

CONSEIL MUNICIPAL DU 17 MAI 2018

Une représentante d’ENEDIS a rencontré Monsieur le Maire pour aborder le déploiement du compteur Linky sur la commune de Pizay. Lors de cette rencontre, il a posé les questions préparées par Vincent BRUN. Les interrogations portaient sur les problématiques amenées par ce compteur Linky de plus en plus contesté par les communes dans lesquelles il a été déployé. Notamment par rapport à la nécessité même de ce compteur communicant, la santé avec l’apparition de nouvelles ondes électromagnétiques générées par ce compteur mais aussi l’exploitation des données collectées par ce compteur Linky.

Vincent BRUN a étudié les réponses apportées par ENEDIS et il souhaite informer l’ensemble du Conseil Municipal ainsi que tous les administrés que les seuls éléments apportés par ENEDIS ne sont pas satisfaisant pour se faire une opinion. Les informations délivrées par ENEDIS sont incomplètes car il s’agit d’extraits de brochures marketing et des rapports de l’ANFR et de l’ANSES.

En étudiant les rapports de plus près, il est important que la population sache que les études réalisées par ces agences nationales sont tronquées car réalisées dans les laboratoires qui ne représentent pas forcément l’environnement dans lequel le compteur Linky est installé.

L’exemple le plus flagrant est celui des mesures des ondes électromagnétiques générées par le compteur Linky : l’ANSES a réalisé des mesures devant le compteur Linky installé dans un laboratoire, or le compteur Linky émet des ondes électromagnétiques via le CPL qui circule dans tous les fils du logement où il est installé.

Certes les résultats des mesures en laboratoire devant le compteur sont dans les normes mais aucune mesure n’a été réalisée dans un logement équipé d’un compteur Linky. En résumé, Vincent BRUN informe les administrés qu’il est important de se renseigner et de chercher des informations complémentaires concernant ce compteur Linky au-delà des seules informations apportées par ENEDIS. Chacun sera alors capable de se faire sa propre opinion de ce compteur Linky


Ondes électromagnétiques
les émissions des compteurs communicants désormais mesurées

Information du 12 Juin 2018

Dans un communiqué de presse, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a annoncé l’élargissement, depuis le 6 juin, du dispositif de surveillance et de mesure des ondes électromagnétiques. Depuis le 1er janvier 2014, les collectivités et les particuliers avaient la possibilité de faire mesurer l’exposition aux ondes dans les locaux d’habitation (téléphones mobiles) et les lieux accessibles au public (parcs, commerces, gares). Désormais, toute personne ou organisme habilité « peut demander gratuitement une mesure afin de connaître précisément l’exposition associée à des objets communicants fixes, notamment les compteurs communicants. » Comprenez les compteurs Linky, Gazpar ou Ondéo.

Dans la pratique, le particulier remplit un formulaire de demande disponible (notice à télécharger ci-dessous) et fait ensuite signer sa demande par la mairie ou tout organisme habilité. Un laboratoire, « accrédité et indépendant », et rémunéré par une taxe prélevée sur les opérateurs mobiles, est dépêché par l’ANFR pour réaliser la mesure. Le résultat de celle-ci est communiqué aux particuliers et aux communes avant d’être mis en ligne et accessible à tous sur le site cartoradio.fr, qui compte pas moins de 40 000 résultats à ce jour.

Cette annonce va permettre à chacun d’accéder à des données fiables. En effet, la question de l’installation des compteurs Linky a donné lieu à des interrogations sur d’éventuels risques sanitaires, poussant un certain nombre de communes à prendre des arrêtés interdisant la pose de compteurs Linky au nom du principe de précaution. Ces arrêtés ont systématiquement été cassés par les préfets. À ce jour, les conclusions des enquêtes pilotées par différents organismes sont unanimes. En 2016, l’ANFR avait mené des campagnes de mesure des émissions de compteurs communicants, en laboratoire et chez des particuliers. Elle avait déterminé que les niveaux d’exposition créés par les compteurs Linky étaient « bien en dessous des valeurs limites réglementaires ».

« Aucun élément ne semble établir un risque circonstancié de nature à justifier l’adoption de mesures de précaution », écrivait, de son côté, la Direction générale des collectivités locales la même année (lire Maire info du 12 juillet 2016). Dans son dernier rapport, le Médiateur de l’énergie expliquait avoir reçu, en 2017, 161 litiges pour « refus de pose de compteurs Linky », mais il ne les a pas instruits, puisque, rappelle-t-il, « le consommateur n’a pas le droit de s’opposer » à la pose des compteurs (lire Maire info du 30 mai). Le 31 mai, 166 plaignants bretons qui tentaient de s’opposer au déploiement du compteur Linky à leur domicile en invoquant leur nocivité électromagnétique ont été déboutés par le tribunal de grande instance de Rennes. L’élargissement du dispositif de l’ANFR permettra aux particuliers inquiets de bénéficier de relevés d’exposition in situ.

Télécharger la notice de la demande de mesure d’exposition aux champs électromagnétiques